marion lenne

Députée de la 5ème circonscription de Haute-Savoie

Podcast #65 – Déremboursement de l’homéopathie

Retrouvez la transcription complète ci-dessous

Pour ce 65 ème podcast, permettez-moi de répondre à plusieurs interpellations à propos du déremboursement de l’homéopathie.

Le 26 juin dernier, la Haute Autorité de Santé (HAS) a rendu un avis définitif en faveur du déremboursement de l’homéopathie, après des mois d’analyse. Cela ne fera pas l’objet d’un vote, car les décisions concernant le remboursement des médicaments sont d’ordre réglementaire.

Par ailleurs, il s’agit de comprendre le contexte dans lequel avait été mis en place le remboursement de ces granules. En 1984, Georgina Dufoix, ministre des Affaires sociales et de la Solidarité, instaure un taux de remboursement de 65% par rapport à ses convictions personnelles et sans évaluation scientifique. Son successeur, Jean-François Mattéi, fait baisser ce taux à 35% en 2003.

Cette année, la commission de transparence de la Haute Autorité de Santé a été sollicitée par Agnès Buzyn, actuelle ministre des Solidarités et de la Santé, afin de vérifier le fondement scientifique de l’homéopathie. En effet, la règle étant que tout médicament doit être évalué avant de pouvoir être pris en charge par l’assurance maladie ce qui n’était pas le cas de l’homéopathie. Bien entendu, sa commercialisation est maintenue.

Un médicament est remboursé seulement et seulement si son efficacité est prouvée scientifiquement. Aujourd’hui de nombreuses études témoignent d’un manque de preuves scientifiques en ce sens. Ainsi, il est cohérent de dérembourser ce produit.

Ce choix se justifie également par des raisons économiques. Il a été démontré que même pour les plus grands consommateurs du granule blanc, le remboursement de l’assurance maladie n’est pas supérieur à 25 euros par an. On parle ici de 1% des consommateurs. La dépense des ménages reste donc faible et n’impacte pas de manière importante le budget de ses utilisateurs. On peut aussi prendre l’exemple d’autres pays, comme l’Espagne, l’Italie, ou encore l’Angleterre, qui ont décidé d’arrêter le remboursement en 2017. Finalement, nous appliquons un modèle déjà majoritaire en Europe.

Par ailleurs, certains laboratoires pharmaceutiques, comme Boiron, affirment que les ventes vont alors chuter, menaçant plus de 1000 emplois. Frédéric Bizard, économiste de la santé, précise que l’assurance maladie n’a pas vocation à soutenir les emplois de l’industrie pharmaceutique, mais à rendre accessible l’ensemble des médicaments, en particulier les plus innovants et les plus coûteux, à tous les français. Selon lui, les opportunités à l’export pourront venir compenser cette baisse. Il insiste également sur le fait que même si un fléchissement des ventes est possible, cela peut remonter par la suite.

Le déremboursement de l’homéopathie sera effectif au 1er janvier 2021 après une période de transition pour laisser le temps de la pédagogie et d’accompagner les patients. Ainsi le taux de remboursement passera de 30% à 15% en 2020 puis à 0% en 2021.

Notre gouvernement est convaincu que cette mesure ne freinera pas de façon importante le recours à ce médicament.

suivez-nous

dernières actualités