marion lenne

Députée de la 5ème circonscription de Haute-Savoie

Stratégie nationale de lutte contre l’endométriose

L’endométriose est une malade qui touche environ 10 % des femmes. C’est une maladie très douloureuse, invalidante et qui génère des problèmes fertilité. Les femmes atteintes d’endométriose sont gênées dans tous les compartiments de leur vie : dans leur vie professionnelle, dans leur vie familiale, dans leur vie intime.

Cette maladie a trop longtemps été passée sous silence, mal diagnostiquée et mal connue. C’est terminé.

En 2017, le Président Emmanuel Macron s’était engagé à apporter des réponses sur cet enjeu majeur de la santé des femmes. Dans ce cadre, un rapport sur le sujet avait été confiée à Chrysoula Zacharopoulou, eurodéputée, gynécologue et fondatrice de l’association Info Endométriose.

Ce rapport vient d’être remis et peut être consulté ici. C’est sur cette base que la première stratégie nationale de lutte contre l’endométriose est lancée. Elle s’appuie sur plusieurs axes très importants :

  1. Mieux comprendre l’endométriose : un programme national de recherche sur cette maladie sera lancé. Il bénéficiera en partie des fonds du plan France2030.
  2. Mieux diagnostiquer l’endométriose : aujourd’hui on met en moyenne 7 ans à diagnostiquer la maladie. C’est beaucoup trop long et il renforcer la formation de l’ensemble des acteurs pour mieux détecter cette maladie.
  3. Mieux traiter l’endométriose : élaborer une prise en charge mieux adaptée à la maladie et notamment mieux prendre en compte la douleur des patientes qui est un des éléments les plus invalidants de l’endométriose.
Retrouvez ici le discours d’Emmanuel Macron présentant la stratégie nationale de lutte contre l’endométriose.

Par ailleurs, cette semaine nous avons également voté la résolution proposée par Clémentine Autain, qui ouvre la voie à la reconnaissance de l’endométriose comme affection longue durée, et donc à une meilleure prise en charge de cette maladie.

suivez-nous

dernières actualités