marion lenne

Députée de la 5ème circonscription de Haute-Savoie

Actualité

Accueil > Actualité
11 octobre 2021

Newsletter du 11 au 17 octobre 2021

-

Manger local c’est manger mieux et plus sainement, surtout quand on vit dans le Chablais ! Depuis 2017, de nombreuses politiques sont menées pour soutenir nos producteurs locaux et ainsi préserver notre accès à une alimentation de qualité. Faisons le bilan du chemin parcouru et débattons de ce qu’il reste à faire lors de la réunion citoyenne animée par Patrice Thiot, le 22 octobre, Espace Tully. 

Et cette semaine, on parle également mentorat, pneus neige et tests COVID-19 ! Retrouvez la newsletter dans son intégralité ici

Si vous souhaitez recevoir chaque semaine la newsletter par mail, cliquez ici.



8 octobre 2021

Sommet France-Afrique à Montpellier : soutenir la société civile

-

Aujourd’hui 8 octobre 2021 s’est tenu le sommet France-Afrique à Montpellier. Il a réuni des représentants de la jeunesse d’Afrique et de France, pour imaginer l’avenir de nos relations. Ce sommet a été l’occasion de dresser des perspectives pour l’avenir, en s’appuyant sur les forces vives du continent africain et de France.

Ce sommet a donc été un rendez-vous d’un genre nouveau, qui n’a pas donné la parole aux chefs d’États mais bien aux acteurs de terrain qui vont construire l’avenir de l’Afrique et de la France. Dans cet esprit, ce sont avant tout les forces du changement qui ont été à l’honneur et qui ont pu débattre aujourd’hui : entrepreneurs, intellectuels, chercheurs, artistes, sportifs, créateurs, influenceurs…

Ce sommet a également été nourri par les Dialogues Afrique-France animés par Achille Mbembé, philosophe, politologue et historien. Ces rencontres se déroulent actuellement dans plus d’une dizaine de pays d’Afrique, et mobilisent des acteurs de terrain sur la question de la redéfinition des rapports entre la France et l’Afrique.

Une proposition ressort particulièrement de ces travaux : la création d’un fonds d’innovation pour la démocratie, qui viendrait appuyer et encourager les initiatives de la société civile dans les domaines de la démocratie, de la transparence et des droits humains. Ce fonds permettrait en outre d’accompagner la montée en compétence des acteurs de terrain qui oeuvrent pour la démocratie et l’État de droit. Je trouve cette proposition particulièrement intéressante et je suivrai avec attention les débats sur sa mise en oeuvre.

Ce sommet France-Afrique aura donc montré au monde le visage d’une jeunesse africaine et française entreprenante et prête à construire ensemble nos relations de demain. Une image très lointaine, et c’est heureux, des discours de campagne électorale qui s’enfoncent chaque jour plus loin dans la surenchère et la caricature sur les questions d’immigration.



6 octobre 2021

L’interdiction des « thérapies de conversion » votée à l’unanimité !

-

Mardi 05 octobre, la proposition de loi interdisant les prétendues « thérapies de conversion » a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale. C’est une très belle avancée pour l’égalité de toutes et tous, quelles que soient notre orientation sexuelle ou notre identité de genre.

Les « thérapies de conversion » sont des pratiques visant à « guérir » une personne de son homosexualité ou de sa transidentité. Elles reposent sur le postulat erroné que les orientations sexuelles autres que l’hétérosexualité sont une pathologie qu’on pourrait « soigner », de même que les identités de genre autres que la cisidentité (le fait de notre identité de genre corresponde au sexe attribué à la naissance).

Au-delà de cela, les thérapies de conversion recourent à des pratiques souvent violentes et dangereuses, qui s’apparentent à de la torture, et qui peuvent avoir un impact très lourd sur leurs victimes. Les thérapies de conversion peuvent conduire à l’anxiété, à la dépression, à des troubles post-traumatiques, à des idées suicidaires et à des tentatives de suicide, en particulier lorsqu’elles frappent des jeunes.

C’est pourquoi j’ai soutenu, avec l’ensemble du groupe La République en Marche, la proposition de loi N° 4021 de ma collègue Laurence Vanceunebrock interdisant les pratiques visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne.

Concrètement, ce texte de loi définit enfin avec précision la pratique des « thérapies de conversion » et crée un délit sanctionnant leurs auteurs de 2 ans de prison et 30000 euros d’amende. Des peines portées à 3 ans de prison et 45000 euros d’amende lorsque ces actes visent des mineurs.

Par ailleurs il  ajoute plusieurs circonstances aggravantes : il étend le champ de l’article aggravant les sanctions encourues lorsque l’infraction est commise en raison de l’orientation sexuelle de la victime, afin d’y intégrer les « thérapies de conversion », et ajoute les « thérapies de conversion » aux circonstances aggravantes des infractions relatives au harcèlement moral, au harcèlement sexuel et aux violences.

Enfin, il apporte une précision à la définition de l’exercice illégal de la médecine pour condamner les médecins qui prétendent « soigner » ce qu’ils considèrent comme une maladie et agissent en prétendant pouvoir modifier ou réprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, vraie ou supposée, d’une personne.`

Ce vote unanime est donc un moment très fort dans la lutte contre les discriminations frappant les personnes LGBT. Néanmoins il devra être confirmé rapidement au Sénat pour que la loi entre en vigueur au plus vite. C’est pour cette raison que cette loi est examinée en procédure accélérée, afin que ces pratiques dignes d’un autre âge soient définitivement interdites et réprimées comme elles méritent de l’être.



5 octobre 2021

Panne géante de Facebook : un révélateur du besoin d’Europe sur le numérique

-

File:Ap facebook dislike.jpg

Lundi 4 octobre 2021, une panne géante a affecté pendant 6 heures le réseau social Facebook et l’ensemble des services qui lui sont associés. Cette panne a révélé notre dépendance à ces services, mais aussi les fragilités de ces plateformes, susceptibles aux pannes comme aux attaques informatiques. Cet événement rappelle avec acuité le besoin d’une action publique forte dans le domaine du numérique, tant au niveau français qu’au niveau européen, comme je l’avais évoqué dans le rapport sur les géants du numérique que j’ai cosigné avec mon collègue Alain David. 

Une panne sans précédent affectant tout l’écosystème Facebook 

Lundi 4 octobre, à partir de 18 heures, une panne informatique sans précédent a paralysé  pendant plusieurs heures Facebook. La panne a touché le réseau social en lui-même, mais également tous les services que propose la firme Facebook, à savoir les messageries instantanées WhatsApp et Messenger, le réseau social Instagram, la plateforme collaborative WorkPlace ou encore Occulus. Cette panne révèle ainsi la nature systémique de cet acteur majeur du numérique.

Au-delà du cas Facebook, nous sommes devenus dépendants de nombreuses plateformes systémiques : Microsoft avec ses systèmes d’exploitation et aussi des services de « Cloud », Skype, LinkedIn ou encore les consoles de jeu Xbox et le moteur de recherche Bing. Amazon, avec la vente en ligne et également des services de « Cloud », de streaming video et de musique, de jeu en ligne ou de liseuse. Google avec initialement son moteur de recherche, puis ses services de messagerie, de cartographie, ou d’agenda, et désormais la plateforme de vidéo en ligne Youtube. Apple, avec ses ordinateurs, smartphones et tablettes, et également ses services d’abonnement de musique ou de vidéo.

Face à ces géants du numérique américains (les GAFAM), de nouveaux géants chinois émergent : Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi ou encore Huawei (les BATX ou BATHX). Dans le contexte de cette nouvelle donne, la France et l’Union Européenne doivent se faire les stratèges d’une voie alternative en terme de numérique.

L’Union Européenne : une puissance régulatrice du numérique

Alors même que l’une des caractéristiques principales des géants du numérique est de défier la capacité des États à les réguler, l’Union Européenne a su faire preuve de volontarisme ces dernières années, que ce soit à travers des initiatives dédiées au secteur (Règlement général sur la protection des données, RGPD) ou à travers d’autres instruments comme la politique de concurrence (amendes ciblant les GAFAM).

Cette efficacité régulatrice s’illustre dans le fait que de nombreux États du monde ont repris certaines de nos règles en la matière : le Japon, la Corée du Sud, le Bénin, l’Australie, la Suisse, la Tunisie, le Burkina Faso ou encore le Brésil ont introduit des dispositions législatives similaires au RGPD ou s’apprêtent à le faire.

Faire de l’Union Européenne une puissance créatrice

Mais l’Union européenne ne peut se cantonner à ce rôle de puissance régulatrice et doit aussi avoir pour objectif de devenir une puissance créatrice, pour faire émerger ses propres acteurs majeurs.

Cette ambition sera au coeur de la présidence française du Conseil de l’Union Européenne qui aura lieu au premier semestre 2022. Ce semestre sera marqué par l’adoption de textes majeurs en la matière. Le Digital Services Act (le DSA) : il aura pour but d’harmoniser les régulations nationales pour favoriser le développement des entreprises numériques européennes. Le Digital Markets Act (le DMA) : il ciblera plus spécifiquement les plateformes systémiques pour empêcher leurs pratiques déloyales ou entravant la concurrence.

Dans cette perspective, le rapport que j’ai cosigné met en avant 26 recommandations visant à capitaliser sur les atouts français et européens et faire émerger cette troisième voie en terme de numérique.



4 octobre 2021

Newsletter du 4 au 10 octobre 2021

-

Quel est l’impact d’internet sur notre vie démocratique ? C’est la question que posera la commission « Les Lumières à l’ère numérique », dirigée par le sociologue Gérald Bronner à la demande du Président de la République, Emmanuel Macron. C’est aussi une question omniprésente dans le rapport sur les géants du numérique que j’ai déposé avec mon collègue Alain David. 

On revient sur ce sujet dans l’infolettre de la semaine ! Et on parle également de l’interdiction des thérapies de conversion, du remboursement des séances de psychothérapie et de la défiscalisation des pourboires !

Retrouvez la newsletter dans son intégralité ici.

Si vous souhaitez recevoir chaque semaine la newsletter par mail, cliquez ici.



3 octobre 2021

Consultation citoyenne : les causes de l’abstention

-

La mission d’information sur les ressorts de l’abstention et les mesures permettant de renforcer la participation électorale lance une consultation à destination des citoyennes et citoyens !

À travers quelques questions qui prendront une dizaine de minutes, exprimez-nous votre opinion sur l’abstention et les réponses qui pourraient améliorer l’intérêt des citoyens pour les élections.

Vos réponses contribueront à éclairer les travaux de notre mission d’information et à construire les solutions de la démocratie de demain.

Retrouvez le questionnaire de la consultation ici.