marion lenne

Députée de la 5ème circonscription de Haute-Savoie

Podcast #48 – La parité

Retrouvez la transcription du podcast ci-dessous:

En cette journée internationale de la femme, permettez-moi de dédier ce podcast à la parité.

La parité est un outil autant qu’une fin, visant le partage à égalité, du pouvoir de représentation et de décision entre les femmes et les hommes.

Elle est une exigence de justice et de démocratie.

La parité ne doit pas se limiter à une représentation 50/50 dans les instances décisionnelles. Elle doit également permettre de s’interroger :

  • sur les conditions de travail,
  • sur le partage des tâches,
  • sur les stéréotypes sexistes,
  • et sur l’ensemble des obstacles structurels qui empêchent les femmes de pouvoir pleinement exercer les fonctions à responsabilités pour lesquelles elles sont aussi compétentes que les hommes.

La parité permet de rendre le pouvoir accessible à toutes et à tous, et elle joue un rôle important sur l’orientation professionnelle : exclure les femmes du pouvoir politique conduit à une reproduction de cette exclusion. Les jeunes femmes pourraient avoir des difficultés à s’orienter vers ces fonctions car elles penseraient que ce n’est pas destiné aux femmes.

La voix législative fait bouger les lignes. Les contraintes légales permettent d’obtenir la parité.

Et en même temps, il peut y avoir aussi la volonté des hommes. C’est le cas du président de la République qui a fait l’appel aux femmes pour les législatives et qui a fait de l’égalité femme-homme, la grande cause du quinquennat.

L’action du gouvernement a d’ores et déjà produit ses premiers effets, avec un mot d’ordre : ne rien laisser passer.

  • L’égalité entre les femmes et les hommes est dotée d’un budget de 530 M€ voté dans le cadre du projet de loi de finances 2019.
  • Plus de 100 mesures concrètes ont été prises par le Gouvernement avec par exemple, la création du délit d’outrage sexiste ;

l’obligation de résultat pour les entreprises en matière d’égalité salariale pour que les femmes soient enfin payées comme les hommes ;

ou encore l’amélioration du congé maternité des agricultrices et des indépendantes.

Il reste énormément à faire, et d’autres mesures fortes seront prises dans les prochains mois, notamment pour les mères isolées et la lutte contre l’excision.

A l’Assemblée nationale, dans le groupe parlementaire de la République En Marche nous sommes aujourd’hui 49% de femmes. 

Nous avons créé un observatoire de la parité, mené par Claire Pitollat, afin de porter un regard objectif sur les efforts faits et ceux encore à entreprendre.

Nous pensons qu’en étant transparents et exigeants, nous participons activement à l’évolution des mentalités et des pratiques.

Le renouvellement du bureau du groupe parlementaire de LaREM en septembre 2018 montre un effort notable en matière de parité.

Reste néanmoins à travailler les postes institutionnels tels que la présidence de l’Assemblée nationale où l’on retrouve 5 hommes et 2 femmes), les présidences des groupes parlementaires (7 hommes, 1femme), les rapporteurs du budget (2 hommes).

Les postes de rapporteurs de projet de loi (soit 80 % des textes qui passent dans l’hémicycle) sont occupés à 62% par les hommes ! Ces textes sont plus politiques et exposants pour les rapporteurs.

La remise en jeu des postes clé du groupe à mi-mandat, permettra d’avancer davantage sur la parité.

Au niveau de la Commission des Affaires Etrangères, nous sommes 54 % de femmes.

La France a cette année la présidence du G7, dont l’une des priorités est la réduction des inégalités. Le président de la République a d’ores et déjà décidé de la création d’un fonds de 120 M€/an pour aider les mouvements pour l’égalité femmes-hommes et féministes, dans les pays du Sud.

Que dire de la parité dans les collectivités territoriales ?

Seuls les Conseils départementaux sont paritaires du fait du scrutin binomial paritaire. Pour autant ils comptent seulement 8,2% de femmes présidentes.

Depuis 2017 et les fusions entre intercommunalités, on compte :

– 34,6% de femmes dans les conseils des intercommunalités; 

– 20% de femmes dans les exécutifs des conseils intercommunaux ;

– 30% de femmes dans les exécutifs des métropoles ;

– et 92% des intercommunalités sont présidées par un homme.

L’enjeu des élections municipales et communautaires approchent….

La Délégation aux Droits des Femmes (DDF) de l’assemblée nationale a entamé un cycle d’auditions en septembre dernier afin d’avancer sur le sujet de la parité. Sa présidente, Marie-Pierre RIXAIN, a déposé une proposition de loi ce lundi.

En parallèle, la DDF s’est saisie d’un autre véhicule législatif pour intégrer des mesures pour plus de parité : la proposition de loi du Sénat visant à adapter l’organisation des communes nouvelles à la diversité des territoires. Le rapport a été présenté mercredi matin.

Pour faire progresser la parité, Marie-Pierre RIXAIN a formulé plusieurs recommandations :

  • Généraliser le scrutin de liste paritaire dans toutes les communes y compris celles de moins de 1000 habitants (il faut supprimer le seuil de 1000 habitants qui existe aujourd’hui) ;
  • Systématiser les conseils municipaux de jeunes et y instaurer la parité ;
  • Développer les modules à la citoyenneté ;
  • Concernant les exécutifs locaux : propose que tous les exécutifs locaux soient liés par un scrutin paritaire, avec une alternance entre les femmes et les hommes, complété par un dispositif pour le maire et le 1er adjoint en imposant une alternance femmes-hommes pour les deux premiers exécutifs, idem pour les Etablissements publics de coopération intercommunale ;
  • Généraliser les règles paritaires applicables aux exécutifs à toutes les intercommunalités.

Nous n’avons pas encore de visibilité sur la date d’examen de cette PPL

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire la tribune publiée ce jour par les ministres Marlène SCHIAPPA et Jean-Yves LE DRIAN, ou encore la communication de Marlène SCHIAPPA sur l’action du Gouvernement en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

suivez-nous

dernières actualités