marion lenne

Députée de la 5ème circonscription de Haute-Savoie

Amendements

26 janvier 2018

Permettre aux Communautés de Communes exerçant une partie de la compétence « assainissement » de bénéficier également du report au 1er janvier 2026 du transfert automatique des compétences eau et assainissement.

Si certaines communautés de communes n’exercent aujourd’hui aucune compétence en matière d’eau ou d’assainissement, d’autres en disposent d’une partie seulement, par exemple la partie de la compétence assainissement relative à l’assainissement non collectif des eaux usées. Or, d...

En savoir plus
26 janvier 2018

Séparer la compétence « eaux pluviales urbaines » de la compétence « assainissement »

En modifiant le libellé de la compétence « assainissement », la loi NOTRe a généré des incertitudes quant au rattachement ou non de la compétence « eaux pluviales urbaines » à la compétence « assainissement ». Par sa note d’information du 13 juillet 2016, la Direction générale a...

En savoir plus
26 janvier 2018

Octroyer la même liberté aux communes des petites communautés d’agglomération , en leur permettant de retarder le transfert des compétences eau et assainissement au 1er janvier 2026.

Cet amendement a pour objet d’octroyer la même liberté aux communes des petites communautés d’agglomération (moins de soixante-dix mille habitants et moins de vingt communes) qu’à celles des communautés de communes, en leur permettant de retarder le transfert des compétences eau ...

En savoir plus
8 décembre 2017

Favoriser l’accès des bacheliers professionnels et technologiques dans les formations de STS et d’IUT

Le présent amendement a pour objet de favoriser l’accès des bacheliers professionnels et technologiques dans les formations de STS et d’IUT en veillant à ce que l’autorité académique prenne bien en considération le critère de cohérence entre le parcours du bachelier et les caractéristiques de la formation demandée.

8 décembre 2017

Prendre en compte le bassin de recrutement des établissements d’enseignement supérieur

Après l’alinéa 11, insérer l’alinéa suivant : « Pour les formations dont le bassin de recrutement diffère de l’académie, le ministre chargé de l’enseignement supérieur détermine par arrêté la zone géographique de résidence des candidats prise en compte en lieu et place de l’académie pour l’établissement du pourcentage maximal prévu au deuxième alinéa du présent IV. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

Le présent amendement a pour objectif de prendre en compte les cas particuliers de certains établissements d’enseignement supérieur dont le bassin de recrutement est différent de l’académie et pour lesquels le calcul des pourcentages maximaux de candidats résidant hors académie ne serait pas pertinent. Dans ce cas, c’est un arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur qui arrêtera les zones géographiques de résidence des candidats qui seront prises en compte en lieu et place de l’académie pour le calcul des pourcentages maximaux de candidats résidant hors de cette zone de résidence.

8 décembre 2017

Faciliter l’accès aux formations des candidats ne résidant pas dans l’académie de la formation

Compléter l’alinéa 10 par la phrase suivante : « Pour l’application du présent alinéa, les candidats ressortissants français ou d’un État membre de l’Union européenne établis hors de France et les candidats qui souhaitent accéder à une formation qui n’est pas dispensée dans leur académie de résidence sont assimilés à des candidats résidant dans l’académie où se situe la formation à laquelle ils présentent leur candidature. »   Le présent amendement précise, afin de faciliter l’accès de ces candidats aux formations dans lesquelles ils sollicitent leur inscription, que les candidats qui sont ressortissants français ou d’un État membre de l’Union européenne résidant à l’étranger et ceux qui sollicitent une admission dans une mention qui n’est pas dispensée dans leur académie de résidence sont regardés comme des candidats résidant dans l’académie où est implantée la formation à laquelle ils sont candidats pour le calcul des pourcentages maximaux de candidats résidant hors académie qui peuvent être fixés par l’autorité académique.